Contemporaine·Lectures

No et moi – Delphine de Vigan

couv_no_et_moi_livre_de_poche_1 ★★★★★

« Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous. »

Une torpille d’émotions, de maturité et de réflexions. Le lecteur prend la peau de Lou Bertignac, 13 ans, avec des pensées qui dépassent l’entendement. Elle n’a rien d’une enfant, mais elle n’est pas adulte non plus. Sa vision des choses ne se limite pas aux conceptions prédéfinies, aux parfois c’est compliqué. Non, elle va plus loin, optimiste, utopiste, ne se laisse pas démonter. Cette petite met son grand cœur dans chacune de ses entreprises. C’est affolant comme il est possible de s’identifier à elle, en tous cas pour moi, avec mes pensées qui divergent, en un flot continu que je n’arrive pas à arrêter. Ces pensées qui amènent Lou à s’intéresser à No, à la rendre sous son aile et l’intégrer à sa vie.

« J’essaie de sourire, pour avoir l’air naturel, mais il n’y a rien de plus difficile que d’avoir l’air naturel quand précisément on y pense. »

L’auteure aborde des thèmes inatteignables, met en mots les non-dits de la vie, de la misère, de l’existence, de la famille. Cette mascarade mise à nu par une gamine qui a bien plus de convictions que la plupart d’entre nous. Elle nous fait croire au pouvoir de la solidarité, de l’amour, de l’attention. Malgré toute sa volonté, des obstacles ne cessent de survenir, mais elle continue. Du haut des ses 13 ans, Lou nous confronte à la futilité de notre existence ; pourquoi sommes -nous là si nous ne faisons rien pour améliorer ce que d’autres n’ont pas ?

« On est capable d’envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l’espace, d’identifier un criminel à partir d’un cheveu ou d’une minuscule particule de peau , de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride , de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations . On est capable de laisser mourir des gens dans la rue. »

 Cette relation issue d’une rencontre fortuite mène à une solide amitié. Je sais que je n’aime pas les romans trop négatifs, ou trop centrés sur un thème, mais là j’ai pu m’évader. L’arrivée de No renforce la relation entre Lou et Lucas. A eux trois, ils vont braver l’impossible. Selon moi, leurs efforts auraient pu mieux être récompensés. La fin du roman m’a laissée plutôt remontée contre la vie. Bien entendu, un tout est bien qui finit bien n’aurait pas été crédible, mais j’ai eu du mal à garder cette lueur d’espoir que j’ai transporter au fil des pages. No l’emporte avec elle.

« Je ne comprends pas l’équation du monde, la division du rêve et de la réalité, je ne comprends pas pourquoi les choses basculent, se renversent, disparaissent, pourquoi la vie ne tient pas ses promesses. »

Les personnages sont étudiés sous toutes leurs coutures, chaque personnalité est extrêmement bien détaillée, unique. Au travers de quelques personnages secondaires, Delphine de Vigan arrive à représenter la majorité de la société et la diversité des relations humaines.

De plus, elle fait coller la personnalité de Lou, la narratrice, avec sa façon d’écrire. Elle manie les mots avec une aisance impressionnante, fait rimer les phrases harmonieuses, brise la fluidité des lignes dans les moments d’égarement, trouve un mot adéquat à chaque situation.

Ce livre est un gros coup de cœur. Incroyable. C’est devenu un peu un référence pour moi, je relativise, me dit qu’il y a du bien quelque part. Que si je me retrouve à gamberger, j’utiliserai ce temps pour des pensées constructives. Il ne faut pas cacher les choses mais les exposer au grand jour. Donner un peu de soit aux autres. A la vie.

Publicités

3 réflexions au sujet de « No et moi – Delphine de Vigan »

  1. Ton article donne vraiment envie de le lire. Je connais le livre de nom, mais je n’avais jamais eu l’avis de personne dessus. C’est chose faite, et quel avis! Il faut juste que je me le procure, maintenant! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s