fantasy·Lectures

Le Sang des Dieux et des Rois – Eleanor Herman

30196338

★★★★★

A 16 ans, Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais se trouve irrésistiblement attiré par une nouvelle venue… Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de cour tout en taisant sa mission secrète : tuer la reine. Mais c’est sans compter sur son premier amour… Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le cœur de Katerina, même si cela signifie se mesurer à Hephestion, tueur sous la protection d’Alexandre. Et, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre sans l’avoir rencontré, désire changer sa destinée en partant en quête des légendaires et mortels Mangeurs d’Esprit.


J’ai enfin pu lire ce roman fantasy qui m’a été énormément recommandé. On m’en a fait ses louanges, donc bien évidemment j’ai mis la barre très haut. Et mes attentes on été pleinement satisfaite, j’en ressors avec une faim dévorante de lire la suite. Ce roman est un vrai coup de cœur qui rassemble tout mes favoris (la Grèce Antique, les dieux, le croyances, l’héroïsme, un peu à la Percy Jackson vous allez me dire) et qui m’a vraiment étonné.

Un mélange d’un univers historique et de fantaisie parfaitement réussi, à savoir qu’on se retrouve plongé dans un univers tout à fait différent du notre, à l’époque d’Alexandre Le Grand, qui m’a totalement séduite dès les premières pages. Rien que les noms des personnages, leur caractère et leurs valeurs nobles, la justice, la bravoure, l’allégeance. La force physique, les sentiments à flot. Tout est bien dosé, ni trop de romance, ni trop de description ou de combat. L’auteure imbrique parfaitement les éléments les uns dans les autres et finalement l’histoire nous paraît extrêmement réaliste, malgré le soupçon de magie et de puissance divine.

Il a d’autres projets, des projets dont son père ignore tout. Et s’ils les mène à bien, il deviendra le plus grand souverain qui ait jamais foulé cette terre.

Les descriptions sont majestueuses, aussi bien les scènes dans le nature, le lien avec les animaux, que les combats, les armes qui s’entrechoquent dans des scènes palpitantes qui qui nous coupent le souffle. La plupart du temps, et c’était ma grande crainte avec ce roman, ce sont les scènes de combat. Je les trouve ennuyeuses, même si j’adore l’action, en général souvent minimalistes et dénuées de sentiments. L’exploit d’Eleanor Herman, c’est de me les avoir fait apprécier, du Tournoi du Sang à la bataille finale. On entre dans le peau des guerriers, on ressent exactement leur appréhension, et à la fois on se retrouve à la place du spectateur qui prie pour ses amis.

Ses amis, oui, car les personnages font foule. Ainsi, le lecteur les découvre au fur et à mesure de l’avancée dans les chapitres. Le fil que prend l’histoire devient alors vite très intéressant. Ils ont quelque chose en commun : lutter, et en sortir vainqueur, pour accomplir le but ou la mission qu’ils se sont fixés depuis leur plus jeune âge. On les voit converger tous vers ce Tournoi du Sang qui s’annonce prometteur. Enfin, le moment que j’attendais le plus, ils se rencontrent. Je les aime et les détestent tout autant, chacun possédant un fort caractère. C’est un vrai plus du livre : une attention particulière est portée à chaque protagoniste, développé et recherché avec soin.

Le lecteur de s’ennuie donc jamais. De multiples quêtes se croisent et se mêlent, on souhaite le réussite de l’un, la défaite cuisante de l’autre. Evidemment, les deux personnages principaux, Katerina et Alexandre ont un objectif bien périlleux et une force mentale à toute épreuve. Ils me séduisent immédiatement, et surtout, je me compare à Kat, ou plutôt je l’admire, elle fait partie de ses personnages de la littérature qui sont des modèles pour moi. J’ai besoin de sa force, physique et mentale, de sa détermination et de son amour, de cette beauté qui émane d’elle en provenant autant de l’intérieur que de l’extérieur. Elle intimide, elle en impose.

Nous appartenons tous au monde matériel et spirituel, déclare Ada un jour où Kat regagne son palais en boitillant, trempée, frigorifiée, contusionnée et hors d’elle. La plupart de nos semblables pensent que le corps domine l’esprit. Lourdeur, faim, fatigue, douleur. Le corps est un enfant grognon et capricieux. Il a pour unique objectif de s’assurer que l’esprit reste attentif à ses besoins, et à rien d’autre.

Par ailleurs, je crois que je suis tombée amoureuse d’Héphestion. Il n’est pas parfait et il en est conscient, mais il est fidèle à ses principes et porte une amitié et une reconnaissance infaillibles envers Alex. En fait, je suis tombée amoureuse de tout le livre, et je remercie mille fois Kaecilia de me l’avoir fait découvrir.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le Sang des Dieux et des Rois – Eleanor Herman »

    1. Merci pour cette nomination ! je crois que ça fait un moment que je suis sensée faire ce tag en attente dans mes brouillons :p

      Il faut le lire ! et même je ne sais pas si tu es pas une habituée du genre, en tous les cas tu vas adorer 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s